fbpx
Accueil » Blog » Assurance de prêt et taux d’usure

Assurance de prêt et taux d’usure

L'une des solutions pour contrer le taux d'usure

La rentrée s’annonce bien morose … En effet, depuis quelques semaines voire quelques mois, nous entendons parler d’augmentation des prix, baisse du pouvoir d’achat, fin de l’abondance, …, et de ce fameux taux d’usure qui vient compromettre les achats immobiliers.
Chez Mon prêt bien assuré, nous ne pouvons pas répondre à tous ces problèmes sociétaux, mais nous sommes en mesure de vous prodiguer quelques conseils concernant ce dernier sujet : le taux d’usure. Et qui sait, cela vous permettra peut-être (sûrement 😉) de gagner en pouvoir d’achat.

A quoi sert le taux d’usure ?

Le taux d’usure a été mis en place pour protéger les emprunteurs. Grâce à lui, les organismes prêteurs ne peuvent pas proposer des taux bancaires trop élevés. Ainsi, cela permet d’éviter les risques d’endettement trop importants.

Techniquement, cela veut dire que votre dossier de prêt sera refusé si le TAEG (Taux Annuel Effectif Global) proposé par votre banque est plus élevé que le taux d’usure en vigueur.

Le taux d’usure est fourni chaque trimestre par la Banque de France et il représente les taux effectifs moyens pratiqués par les établissements de crédit sur le trimestre précédent augmenté d’un tiers.
Il existe différents taux d’usure en fonction de différentes catégories et durées de prêts :
Pour ce 3ème trimestre, pour les prêts immobiliers de plus de 75 000€ à taux fixe d’une durée de 20 ans et plus, le taux d’usure est de 2.57%.

Retrouvez ici les taux d’usure applicables en fonction des différentes catégories 👇

Le TAEG, quant à lui, reprend, en plus du taux nominal (taux bancaire), les frais annexes tels que les frais de dossier, d’ouverture de compte, le coût de l’évaluation du bien immobilier, etc. , et le coût de l’assurance de prêt.

L’effet ciseau, l’effet pervers du taux d’usure

Comme vous avez pu le constater, le taux d’usure est une mesure créée pour protéger l’emprunteur. Mais, alors, pourquoi constatons-nous de plus en plus de refus de prêt pour des dossiers acceptés auparavant ? Pratiquement 1 sur 2 à l’heure où l’on écrit cet article.

Cela est dû à ce que l’on appelle « l’effet ciseau ». En effet, d’un côté, nous constatons une augmentation régulière des taux d’intérêts, et de l’autre côté, nous retrouvons un taux d’usure calculé au trimestre qui augmente donc beaucoup moins rapidement et qui provoque cette dissonance.

Et même si les taux d’usure vont à nouveau être modifiés en octobre par la Banque de France, il est à craindre que la situation reste inchangée et que cela perdure encore pendant un certain temps.

Les solutions pour contrer le taux d’usure

Faire jouer la concurrence entre les organismes prêteurs

Eh oui, la première chose à faire si votre dossier coince, c’est de faire jouer la concurrence. N’hésitez donc pas à multiplier les demandes de devis auprès de plusieurs banques.

Il faudra, notamment, se soucier du taux d’intérêt de base, mais pas seulement lui. Il est intéressant également de négocier les frais de dossier de la banque.
En effet, taux et frais de dossier entrent, tous deux, dans le calcul du TAEG et ces derniers peuvent peser lourd dans la balance.
En règle générale, ces derniers sont compris entre 500 et 1500€.

Alors, travailler sur ces 2 facteurs peut s’avérer décisif dans la réalisation d’un projet de vie.

Réduire les frais de courtage

Effectivement, ces autres frais entrent également dans le calcul du TAEG. Ils servent à rémunérer le courtier.
Il est d’usage qu’ils représentent 1% du montant à emprunter. Néanmoins, ce ne sont pas des frais « fixes ». Vous avez la possibilité de les négocier.
Alors, n’hésitez pas à aborder ce sujet avec votre courtier.

Et bien sûr, si vous effectuez seul les démarches auprès des banques, dans ce cas, c’est tout bénéf, 0 frais !

Souscrire une assurance de prêt externe

Une très belle solution pour diminuer drastiquement le coût de votre prêt et donc le TAEG. Car il est question du poste le plus important à comptabiliser après le coût du crédit.

En conséquence, en tant que spécialiste de l’assurance de prêt, il va sans dire que Mon prêt bien assuré vous recommande à 100 000% de suivre ce dernier conseil.

Ce serait dommage de passer à côté du bien de vos rêves uniquement parce que votre assurance emprunteur est trop chère.

Ainsi, opter pour une assurance en délégation (autre que celle proposée par votre banque) vous permettra d’allier économies et couverture forte.
Et saviez-vous que vous en avez le droit depuis 2010 ? La loi Lagarde a, en effet, donné la possibilité aux emprunteurs de choisir leur assurance. Eh oui, vous n’avez pas l’obligation de souscrire celle de votre banque.

Alors, c’est parti !!!!

🧐 LE MÉMO

  • Le taux d’usure, servant logiquement à protéger les emprunteurs d’un endettement trop important, compromet depuis quelques mois les crédits immobiliers.
  • Cela est dû à ce que l’on appelle l’effet ciseau : les taux de crédit augmentant plus vite que le taux d’usure, qui est lui, revu chaque trimestre.
  • Si votre dossier de prêt s’avère être rejeté suite à cet effet, nous vous conseillons de faire jouer la concurrence, négocier les différents frais et surtout opter pour une assurance de prêt dite en délégation, c’est-à-dire autre que celle proposée par votre banque.
  • Grâce à tous ces conseils, qu’allez-vous vous offrir avec les économies réalisées et votre pouvoir d’achat retrouvé ? 🎁 🛵 🌍 🐱